Nous offrons maintenant nos services aux particuliers

3 Différentes méthodes de consommation du cannabis

Le cannabis peut également se consommer en « infusion au lait ». Le thc est liposoluble mais n’est pas hydrosoluble, c’est-à-dire qu’il peut se dissoudre dans la graisse mais pas dans l’eau. Cela signifie que si nous essayons cela avec de l’eau, nous ne ferons que mouiller l’herbe et nous n’aurons plus qu’à la jeter. Au contraire, si nous utilisons du lait, le thc restera collé aux graisses qu’il contient. Il est important de noter que plus le lait contiendra des graisses, plus sa dissolution sera facile; c’est pour cela qu’il est conseillé d’utiliser du lait entier et de bonne qualité.

Les quantités à diluer dépendront de chaque personne mais en général, une moyenne de 1 gramme pour 1L sera suffisant comme dose de départ, et il est conseillé à chaque personne de rechercher son dosage idéal en commençant petit à petit puis en augmentant la dose jusqu’à trouver celle désirée.

Sa préparation est très simple : versez le lait dans une casserole et laissez à feu doux durant 10 minutes, en remuant de temps en temps avec le cannabis sec à l’intérieur. Si le lait monte, il faut baisser le feu jusqu’à compléter les 10 minutes. Finalement, renversez le contenu dans une passoire et le voilà prêt pour la consommation.

Les effets se feront sentir quand le lait commencera à être digéré, 15 à 60 minutes après absorption.

Cannabis par voie orale (macération dans l’alcool)

Une autre des méthodes de consommation du cannabis est de le laisser macérer dans une bouteille de notre alcool préféré qui peut être le rhum, le whisky ou l’eau de vie, entre autres.

Sa préparation est également très simple. Il s’agit de placer 25 grammes de notre meilleure herbe sèche dans 1 litre de notre alcool, nous le laisserons macérer durant au moins 6 semaines, même s’il faut le remuer un petit peu semaine après semaine. Pour terminer la préparation, il faut la passer à travers une passoire, et la voilà prête pour sa consommation sous forme alcoolisée. Plus la macération sera longue, et plus l’alcool sera chargé en cannabinoïdes, n’hésitez donc pas à patienter plusieurs mois.

Vous pouvez ajouter à la macération un peu de vanille, cannelle, sucre de canne, etc… pour adoucir un peu le gout corsé du cannabis.

Inhalation de cannabis (Vaporisé)

Une des formes les plus saines de consommer du cannabis est à travers un vaporisateur, nous ne fumons plus mais nous inhalons, il ne se produit pas de combustion et ils réduisent les toxines en proportion du thc. La combustion du cannabis à plus ou moins 230°C déclenche une éclosion de différents éléments avec plus ou moins de toxicité, en fonction de la température à laquelle est soumise la marijuana. A 180°C le thc s’évapore et les hydrocarbures sont pratiquement inexistants. Une étude réalisée par des scientifiques a analysé l’un des meilleurs vaporisateur du marché, observant un ratio de 10 parts de cannabinoïdes pour 1 part de goudrons. Les résultats ont été comparés avec ceux d’un joint de cannabis et ils ont été de 13 parts de goudrons pour 1 part de cannabinoïdes, et la même chose a été constatée avec une pipe à eau, donnant des résultats de 27 parts de goudrons pour 1 part de cannabinoïdes. La pipe à eau est donc plus nocive que le joint et celui-ci est plus nocif qu’un vaporisateur, avec un grand écart entre ces deux derniers.

Selon moi la manière la plus nocive,

Inhalation de cannabis (Fumé)

La consommation de cannabis sous forme de cigarette, joint, spliff… est la plus connue par la grande majorité des personnes qui profitent de cette plante. De toute façon, il est facile de nos jours de trouver différentes manières de la consommer en inhalant la fumée comme résultat de la combustion. Les pipes, narguilés, bongs … sont quelques exemples de cette forme de consommation même s’il existe de légères différences entre elles, comme la quantité de fumée aspirée ou la prolongation de l’aspiration, et la quantité de toxines produites.

Il faut prendre en compte que quand le cannabis est inhalé, une grande quantité du thc est consumé par la combustion elle-même au moment de prendre la bouffée, nous consommons seulement maximum 40% du total du THC. Même ainsi, fumer du cannabis est la méthode la plus rapide afin de sentir ses effets, son odeur et son goût.

La plante de cannabis produit des composants chimiques appelés cannabinoïdes. Il est confirmé l’existence de plus de 40 cannabinoïdes différents. Les principaux sont :

  • THC ou tetrahidrocannabinol : Il est le cannabinoïde le plus important. Il est le grand responsable des effets ludiques et thérapeutiques du cannabis. Le THC est pratiquement inexistant dans les plantes de chanvre industriel. Dans les têtes de cannabis sa concentration peut atteindre 25%.
  • CBD ou cannabidiol : Avec une présence beaucoup moins importante que le THC, le CBD produit un effet apaisant et anti-inflammatoire. Il n’a pas d’effet psychoactif. Il ralentit l’effet du THC et il peut causer un effet plus prolongé. Récemment, de nouvelles variétés de cannabis enrichies en CBD sont apparues sur le marché, avec un potentiel très important pour le cannabis médical.
  • CBN ou cannabinol : Avec un effet psychoactif léger, le CBN apparaît quand le THC s’oxyde. Un CBN élevé peut provoquer des somnolences. Nous l’éviterons en sachant quand réaliser la récolte du cannabis.

Source: https://www.alchimiaweb.com/blogfr/methodes-consommation-cannabis/